légendes urbaines

Mort du camarade de chambre (the roommate's death)

 

La légende de la mort du camarade de chambre est très répandue, c'est sans doute pourquoi il en existe de nombreuses variantes. Dans toutes les versions, quelqu'un se fait tuer juste sous les yeux de la protagoniste, sans qu'elle ne s'en aperçoive. A chaque fois, elle ne voir rien soit parce que les lumières restent éteintes dans la chambre, soit parce qu'elle se trouve ailleurs. Elle ne découvre le cadavre que très tard, et le message, écrit avec le sang de la victime, est toujours le même : " aren't you glad, you didn't turn on the lights ? " (n'es-tu pas contente de ne pas avoir allumé la lumière ?). La protagoniste découvre alors qu'elle a été très proche de la mort. Certaines versions racontent qu'elle a entendu du bruit dans la nuit, mais qu'elle n'a pas allumé, de peur que le tueur ne soit venu pour elle.

L'une des versions les plus courantes raconte que les deux camarades de chambre sont des filles très différentes : l'une est très studieuse et l'autre préfère s'amuser et sortir avec les garçons. La veille d'un devoir, la jeune fille studieuse préfère rester dans la chambre à réviser tandis que l'autre se prépare pour une soirée où elle a rendez-vous avec un garçon. Elle essaye d'entrainer son amie avec elle, mais celle-ci refuse et préfère se préparer pour le test du lendemain.

L'autre sort donc et passe la meilleure soirée de sa vie. Lorsqu'elle rentre à sa chambre, vers 2 heures du matin, elle ne veux surtout pas réveiller son amie et laisse toutes les lumières éteintes. Elle se couche donc discrètement, anxieuse pour le test du lendemain.

Le matin, lorsqu'elle tente de réveiller son amie, la pauvre fille la découvre baignant dans son sang,totalement massacrée. Juste au-dessus d'elle, on a écrit avec son sang la célèbre phrase : " aren't you glad, you didn't turn on the lights ? ".

Une seconde version raconte l'histoire d'une jeune fille qui vient déposer ses livres dans la chambre avant d'aller rejoindre son copain. Elle n'allume pas la lumière, sachant que sa camarade de chambre est en train de dormir. Le lendemain matin, lorsqu'elle retourne à sa chambre, elle la trouve encerclée par la police. Les policiers lui montrent sa camarade morte, ainsi que la phrase, écrite avec son sang au-dessus de son lit : " aren't you glad, you didn't turn on the lights ? "



17/01/2010
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres