légendes urbaines

Trois singes de la sagesse (Three wise monkeys)

 

Les 3 singes de la sagesse, appelés Sanzaru se couvrent chacun une partie du visage avec les mains: le premier ses yeux, le second ses oreilles et le troisième sa bouche. En japonnais, ils se nomment Mizaru, qui signifie "ne voit pas"), Kikazaru, qui signifie "n'entends pas" et Iwazaru, qui signifie "ne parle pas"). Leurs noms forment un jeu de mot entre le singe, Saru, et la forme négative Zaru. A l'origine, c'est un expression de sagesse et de bonheur.

 

 

 

Ces trois singes sont tout d'abord apparus en Chine, et étaient associés à la divinité Vadjra. Dans la mytologie chinoise, c'est un singe qui aida le pèlerin Xuanzang à trouver les livres saints bouddhistes. Les 3 singes ont ensuite été importés au Japon par un moine bouddhiste de la secte Tendai au VIIème siècle. Ils forment une sorte de maxime disant de "ne rien voir de mal, ne rien entendre de mal, ne rien dire de mal". Cette maxime fu reprise par Gandhi qui portait toujours une figurine des 3 singes de la sagesse avec lui. Selon le principe de la secte, si l'on respecte ces trois conditions, le mal nous épargnera. Les singes font partie de la croyance Sanno, dans laquelle ils sont considérés comme des messagers divins et représentent les trois vérité (le Santai) pour la secte Tendai. Le fondateur de la secte Tendai ayant représenté son idéal religieux sous la forme d'un singe.

Une des plus anciennes représentation de ces trois singes se trouve dans un sanctuaire du Japon : le Nikk¨­ T¨­sh¨­-g¨± et date du XVIème siècle. Il existe aujourd'hui beaucoup de représentations de ces trois singes, dont au Japon où on les retrouve sculptés sur des piliers en pierre pour des rituels.

 



30/01/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres